Un meilleur miel peut-il exister ?

Le classement du miel

A part pour des raisons mercantiles, il n'existe pas de "Meilleur Miel" car la subjectivité d'une réponse à cette question faussera la réalité.
Pour définir un meilleur miel, faudrait-il le classer dans une catégorie représentative de ce que l'on souhaite acquérir avec ce superlatif.

Par exemple: 
Il existe des miels de montagne, des miels de plaine, de milieux désertiques comme à l'inverse de florissantes vallées, des miels de miellats, des miels monofloraux, des miels à l'inverse multifleurs, des miels épais, des miels liquides...

Il convient ensuite de tenir compte des goûts de chacun: Certains apprécieront les miels corsés tandis que d'autres des miels plus doux. 
L'amertume d'un miel peut être un élément d'appréciation tout comme à l'inverse un goût déplaisant,

Dans un autre domaine, nombre d'amateurs de miels recherchent des valeurs nutritives, aromatiques ou thérapeutiques ce qui là encore complique le classement pour un "meilleur miel"

Enfin, il faudrait pouvoir définir d'autres valeurs comme :

  • - Le coté respectueux et vertueux de l'apiculteur envers ses abeilles
  • - comment est récolté le miel puis comment est-il conditionné.. a-t-il été extrait à la centrifugeuse (extracteur) ou bien pressé à froid ? A-t-il subi une élévation de température pour le rendre plus fluides dans les pompes du conditionneur ? A-t-il subi une décristallisation ?
  • - Le miel de grandes surfaces peut-il être meilleur que le miel de l'artisan apiculteur ?
Toutes ces questions, tous ces différents paramètres conduisent à affirmer que le meilleur miel sera celui qui répondra à vos attentes.

Artisan apiculteur contre Grande distribution

Une ménagère qui achète son miel dans la grande distribution sans prendre le temps d'aller à la rencontre d'un apiculteur local ne connaîtra jamais ce qu'est un "meilleur miel", quoi qu'en disent les étiquettes trompeuses du genre "Miel de l'apiculteur" laissant à l'interprétation l''apiculteur du coin.

La législation a quelque peu évolué ces derniers temps en imposant un certain nombre d'informations. Mais qui prend le temps aujourd'hui de lire réellement les étiquettes ? Quand bien même, les méthodes de conditionnement sont totalement inexistantes (réchauffement, coupages exacts etc.)

Le seul avantage de la grande distribution réside dans les prix attractifs car elle traite un volume qui impose des importations à bas coûts. Même en achetant un miel "Bio" en grandes surfaces, ne garantit en aucun cas quoi que ce soit. Pour preuve ? On perd toute traçabilité de la provenance exacte du miel. Par exemple, sachez que vous ne pourrez jamais connaître l'apiculteur bio de tel pays qui a produit le miel en question... Tout est noyé dans les méandres d'une très mauvaise communication liée à des chartes différentes d'un pays à l'autre, alors pensez donc quand un miel a été produit par un petit apiculteur du fond de l'Argentine !

Un apiculteur français à son compte ne pourra jamais rivaliser en termes de prix avec la grande surface et pour cause... il vend déjà son miel à perte et en tous les cas bien loin de son son prix de revient, ce qui explique en grande partie la dégringolade tant des cheptels d'abeilles que des apiculteurs eux-mêmes.


Le meilleur miel sera toujours celui que vous préférez

Les grandes modes se font ressentir jusque dans le miel. Par exemple, ces dernières années, nous avons vu marketé un miel venu de Nouvelle Zélande: le meil de Manuka. On a prêté à ce miel toutes les vertus du monde mais en définitive, ce miel n'est pas meilleur (tant sur le plan thérapeutique que par ses vertus) qu'un autre miel local qui serait produit dans les règles de l'art et du respect total des abeilles. Le marketing fait bien des choses et le dicton populaire "L'herbe est toujours plus verte ailleurs" se vérifie bien encore une fois.

 

Importance de connaître son apiculteur

Le fait d'avoir à faire avec un apiculteur local ne garantit toutefois pas que son miel sera "meilleur".
L'apiculture artisanale, a trop malheureusement la fâcheuse tendance à calquer sa conduite sur celle des professionnels dont le métier est de faire couler le miel. Citons entre autres:

La transhumance des abeilles.
La transhumance ou "pastorale" en ancien français, est une méthode qui consiste à déménager ses abeilles pour les emmener sur des zones de grandes production de miel. 
On peut s'interroger quant au bien-être des abeilles de subir un voire plusieurs déménagements au cours de sa saison, cela pour ne satisfaire que la diversité de production de miels de cet apiculteur. 
Dans la nature, les abeilles parcourent-elles des centaines de kilomètres pour aller chercher leur nourriture naturellement ? 

Les traitements des colonies d'abeilles...

Si l'apiculteur pro traite d'office toutes ses colonies d'abeilles contre les parasites tels que le Varroa, l'apiculteur de loisir en fait de même avec plus ou moins de bons résultats si l'on en juge les taux de pertes qui varient de 30 à 60% de son cheptel chaque année.
Le méthodes de traitement que les apiculteurs de loisir sont malheureusement souvent plus ou moins farfelus

Alors quelles sont les bonnes questions à poser à son apiculteur pour vous aider dans votre décision:

- Ses abeilles sont-elles des abeilles natives et endémiques (comme l'abeille noire en France l'est et l'abeille italienne dans la région de Menton) S'il vous répond avoir de la Buckfast (abeille hybride invasive), de la Carnica ou toute autre variété d'abeilles, cela démontre son désintérêt pour la sauvegarde de l'abeille endémique au profit d'abeilles allochtones et exogènes (Certes, la France n'interdit pas).



Pour son bon fonctionnement, le site a recours aux cookies. Pour continuer votre navigation correctement, vous devez en accepter l'usage